Coach de marcheurs et promeneur de chiens, deux métiers en plein boom !

Les bois et parcs parisiens font vivre des centaines de personnes. Il y a bien sûr les nombreux fonctionnaires préposés à leur entretien ou à leur protection (250 rien que pour le Bois de Boulogne) : jardiniers, bûcherons, fontainiers, gardes à cheval, à pied ou en vélo, cantonniers, etc. Mais on y découvre aussi d’innombrables petits métiers de toutes natures : promeneurs de chiens, ramasseurs de bois mort, de pissenlit ou de noisettes (une spécialité des Asiatiques), sans oublier les « coaches » de marcheurs. Ces derniers sont de plus en plus nombreux à entraîner des troupes d’une dizaine de promeneurs plus ou moins sportifs à travers les allées de Vincennes ou du Bois de Boulogne. On y rencontre aussi certaines « dames du Bois de Boulogne » (aussi nombreuses, d’ailleurs, au Bois de Vincennes). Mais il ne s’agit pas là, c’est le moins qu’on puisse dire, d’un « nouveau métier »…

Une mer de nuages sur les Vosges

Moment inoubliable, récompense ultime d’une randonnée sur les crêtes en cette fin octobre. Alors que les vallées étaient noyées sous le brouillard, au Grand Ballon, à 600 mètre d’altitude, un spectacle magnifique attendait les randonneurs : dans une splendide palette de couleurs d’automne, une mer de nuages enveloppait la vallée, avec vue sur les Alpes Suisses. Un phénomène météorologique très particulier rendu possible par l’absence de vent. (Photo D.R.)

Le massif du Rossberg dans les Hautes-Vosges

Le massif du Rossberg offre plusieurs possibilités de marches : rester sur les crêtes, longer les versants en pleine forêt de hêtres ou de sapins. En poursuivant vers l’ouest, le GR®5 nous conduit à l’auberge du Belacker afin d’y faire un halte pour le repas ou pour la nuit. Toujours en direction de l’ouest, après quelques kilomètres plus, nous arrivons au Gazon Vert avec son ancienne ferme et son cirque glaciaire (le gîte du réseau se trouve également tout près). Il existe ensuite de nombreux itinéraires pour rejoindre la station du Ballon d’Alsace et l’auberge de Jean-Claude FLUHR au Langenberg : par le GR®5 via les crêtes, la variante par les lacs (Lac des Perches, Lacs des Neuweiher, Lac d’Alfeld) ou encore la variante par les sentiers alpins au caractère vosgien avec les roches de Morteville et le passage du belvédère Birkel (pour les personnes non sensibles aux vertiges).

Mais attention le massif des Vosges est souvent considéré comme non dangereux. Et pourtant, été comme hiver, une randonnée en moyenne montagne sur ce massif vallonnée peut devenir dangereuse sur certains secteurs. Côté Alsacien, les versants sont plus abrupts et certains sentiers deviennent même vertigineux. Il convient donc de bien préparer sa randonnée.

Un sentier des oratoires à Besse-en-Oisans

Le point commun entre Saint-Eutrope, Saint-Roch et Saint-Jérôme ? Tous trois (ainsi qu’une douzaine d’autres collègues en sainteté) ont droit à leur oratoire dans les environs de Besse-en-Oisans. Ces petits édifices de pierre, destinés à recevoir la statue du saint en question, étaient édifiés par les paysans pour attirer les grâces divines sur leurs familles, leurs troupeaux et leurs récoltes. Aujourd’hui, l’office du tourisme de Besse a eu l’heureuse idée de les réunir dans un « sentier des oratoires » qui constitue une jolie promenade dans les environs de ce magnifique village. Mais attention ! Si les cinq ou six premiers oratoires s’étagent à quelques centaines de mètres du centre de la commune, les suivants s’en éloignent de deux ou trois kilomètres et le dernier, le numéro 17 (Saint-Georges), est perché à l’arrivée du GR54, sur le plateau d’Emparis, à une dizaine de kilomètres de Besse ! Une fiche sur ce sentier à thème original est disponible à l’office du tourisme.

Page 32 sur 33