Randonner avec des enfants : 10 conseils

Pour qu'une rando plaise aux petits comme aux grands, le premier conseil est d'adapter la durée et le niveau de difficulté en fonction de tous les participants.

Limitez la rando à 2 heures au maximum pour les petits dans un porte-bébé dans le dos ;

Limitez la rando à 5 km pour les jeunes marcheurs entre 5 et 11 ans ;

Proposez à votre ado d’emmener un copain ;

En terrain peu accidenté, laissez les jeunes s’amuser en tête ;

Apprenez-leur à suivre votre progression sur la carte ;

Faites-leur porter un (petit) sac pour qu’ils se sentent de « vrais » randonneurs ;

Donnez un but au parcours (château, cours d’eau, village...) ou une thématique (découverte de la faune, de la flore, s’orienter avec carte et boussole, geocaching proposé par certains offices de tourisme… ) ;

Faites des pauses fréquentes ;

Organisez des jeux et chantez ;

Arrêtez-vous pour cueillir des mûres.

Bonne rando !

Land Art dans les monts d’Ardèche

Très tendance en France, le land Art se développe dans la plupart des régions. Dans les Monts d’Ardèche, le sentier de Grande Randonnée GR®7 suit la ligne de partage des eaux entre Méditerranée et Atlantique. Six lieux, emblématiques de notre patrimoine naturel et culturel, ont été choisis pour accueillir des œuvres sur la ligne de partage des eaux. Un artiste de renommée internationale a été associé à chacun des sites.

Habitués à travailler hors des musées et des sentiers battus, ces artistes ont conçus des projets extraordinaires pour des lieux qui le sont tout autant. Ainsi, à la Chartreuse de Bonnefoy, l’artiste Stéphane Thidet a imaginé une œuvre qui s’inscrit en douceur sur la façade du 18ème siècle, en jouant sur la transparence et le reflet du passage du temps et des saisons. A la Vestide du Pal, les Frères Chapuisat ont mis en valeur un site géologique unique en Europe (un maar volcanique) préservé grâce au travail des éleveurs. Traversé par la ligne de partage des eaux, le Mont Gerbier-de-Jonc accueille l’œuvre d’Olivier Leroi. Enfin, des bancs, plateformes, et abris réalisés avec du châtaignier local sont conçus par le designer Eric Benqué afin de permettre différentes perceptions des sites… et offrir aux randonneurs un lieu de repos bien mérité. Ouverture au public le 8 juillet 2017 à 15h à la Chartreuse de Bonnefoy. Programme détaillé sur http://www.parc-monts-ardeche.fr/

Réouverture du site des 9 écluses de Fonseranes

Les Neuf Écluses de Fonseranes, à Béziers, sont de nouveau ouvertes au promeneurs après 18 mois de travaux de réhabilitation et réaménagement du site.

Le célèbre escalier d'eau (8 bassins, 9 écluses), destiné à permettre au canal de Pierre-Paul Riquet de descendre du plateau vers la plaine et l'Orb, soit un dénivelé de 25 mètres, s'est refait une beauté.

Trois entrées sont désormais possibles (en voiture côté ouest ; à pied, à vélo ou en petit train par le quai Port-Notre-Dame ; en navette fluviale par la pointe de l'île des Eclusiers), une aire d'accueil de 200 places de parking a été installée, le Coche de l'eau (ancien relais de voyageurs) a été aménagé en Maison de site où est hébergé l'Office de tourisme, une muséographie de plein air propose un parcours didactique avec quatre haltes, trois nouvelles passerelles permettent désormais de franchir le canal(une sur la 8e écluse, une grande passerelle belvédère, et la passerelle de franchissement de la pente d'eau à la pointe de l'île des Eclusiers).

Une mise en lumière révèle les lieux le soir venu, avec notamment trois espaces de scénographie lumineuse : le Coche d'eau, l'escalier d'eau et l'esplanade du grand bassin.

Enfin, un film de douze minutes, à voir dans le Coche d'eau, livre le récit de l'histoire du Canal du Midi, de sa construction jusqu'à aujourd'hui : sur la base du spectacle immersif, l'histoire se projette sur les murs, le plafond et le sol.

Refuge de mer à Molène

A Molène (dans le Finistère), les anciennes cabanes de goémoniers de Ledenez, l'îlot face au port et accessible à pied seulement à marée basse ont été rénovés et réhabilitées en refuge « de mer » (comme des refuges de montagne). Elles peuvent désormais accueillir les randonneurs.

Le site de Ledenez est un îlot de quinze hectares, entièrement vierge, qu'un cordon de galets relie au port de Molène. En son centre, une légère dépression accueille une dizaine de cabanes en bois et en béton. Pas un arbre, deux jolies plages, des galets, des rochers et des algues à perte de vue. Au milieu de cette île, simplement habitée l'été par un goémonier accompagné de sa famille, s’élève un ensemble de cabanes datant des années 50 à 70 à l’abris du vent d’ouest. Deux cabanes en bois appartiennent à des particuliers, deux autres au goémonier encore en activité sur l'île. Les autres cabanes sont la propriété de la municipalité qui a décidé de leur donner un second souffle.

Ces cabanes sont exclusivement destinées aux randonneurs, qu'ils arrivent à pied, en bateau ou en kayak. Le confort est minime, il faut venir avec son sac de couchage et son matelas de camping. On peut cuisiner. Eau de récupération, toilettes sèches mais pas de douche, la formule s'approche de la nuitée en refuge de montagne.

 

Au port de Molène, un panneau indique les heures de passages à pied, une heure avant et une heure après les marées de mortes eaux et deux heures avant et deux heures après les marées de vives eaux. Il faut compter une quinzaine de minutes pour atteindre l’îlot depuis Molène. 

Réservation sur ledenez@ile-molene.fr ou auprès de Thomas Delerue au 07.83.18.07.37. 15 € la nuit par personne.

Page 24 sur 37