Le col de la Vanoise
Le col de la Vanoise OT Pralognan
23 Nov

La randonnée en raquettes

La promenade et la randonnée en raquettes à neige sont apparues en France à la fin des années 70. Cet outil, qui permet de marcher plus facilement sur neige, qu’elle soit poudreuse, humide ou croûtée existe depuis des temps immémoriaux !

 Les peuples du néolithique l’utilisaient pour franchir, il y a quelques milliers d’années les cols enneigé. Au début du XXème siècle, les enfants des massifs montagnards en étaient parfois équipés pour tout simplement se rendre à l’école les jours d’hiver ! Oubliée pendant quelques décennies, il faudra attendre les premiers treks encadrés par des professionnels en Amérique du nord et plus particulièrement au Québec dans le secteur du fleuve Saint Laurent pour que ceux-ci ramène des raquettes en bois et cuir utilisée par les peuples indigènes algonquins. C’est pourquoi, les premières raquettes à neige en plastiques, produites en France à la toute fin des années 70, avaient cette forme caractéristique de poêle à frire dont les plus anciens pratiquant se souviennent encore !

Depuis, que de progrès technique sur cet outil ! Les pratiquants de raquette à neige peuvent désormais compter sur des modèles modernes, performants et fiables … légers.

La raquette à neige, ce n’est pas que simplement marcher à son rythme pour profiter du silence et bon air, en couple, en famille ou entre amis, c’est aussi une activité majeure pour l’appropriation du milieu montagnard, naturel ou patrimonial, la sensibilisation à l’environnement. A chaque pas, en raquettes à neige, le pratiquant attentif à la nature est interpellé : une empreinte laissée par le passage d’un lièvre, d’un chevreuil, d’une hermine ou d’un chamois, des « écorçages » de troncs d’arbres ou des « broutages » de lichens ou de mousses, des reliefs de repas, des « chasses » et des « plumées » … C’est aussi aller à la rencontre du patrimoine montagnard isolé : un chalet, un mazot, une chaume, ou un buron selon les massifs, des hameaux aujourd’hui désertés l’hiver… Autant de centres d’intérêt et points d’émerveillement et que l’on ne pourrait atteindre sans ce parfait outil adapté qui a désormais conquis ses lettres de noblesse.

Retour à la page précedente