La dernière étape du GR®34

A l’occasion des 50 ans du GR®34, le dernier tronçon est officiellement achevé entre la Vilaine et la Loire. Il se déploie sur 145 km, du barrage d’Arzal à la Loire, au pied du pont de Saint-Nazaire. Il a même déjà son topo-guide « De la Vilaine à la Loire par le littoral, la Brière et les marais salants ». Saint-Nazaire devient donc la ville finale pour les randonneurs en itinérance sur le GR®34.

La vallée des Merveilles à l'heure du numérique

Dans le Mercantour, la vallée des Merveilles, autour du Mont Bégo, dispose d'un patrimoine inestimable avec 40 000 gravures rupestres vieilles de 5 000 ans. A l’appui de centaines de clichés sur chacune d'entre elles, prises grâce à des drones et des survols en ULM, des ingénieurs informatiques reconsituent en 3D de la vallée et de ces gravures. Bientôt, au musée des Merveilles à Tende, les visiteurs pourront découvrir le site et ses exceptionnels vestiges dans un fauteuil.

Ce musée départemental des Merveilles est entièrement consacré aux recherches ethnologiques et archéologiques sur le site rupestre du mont Bégo ainsi que sur les interprétations des gravures. Le parcours très didactique met en scène les connaissances actuelles sur ces hommes qui colonisèrent ce haut pays depuis plus de 5000 ans, sur l’évolution de leurs outils, leur organisation sociale ainsi que sur leurs rites et leurs croyances.

Les gravures, contemporaines de l’apparition de l’écriture en Mésopotamie et en Egypte, pourraient être une forme de proto écriture qui correspond à une conception du monde transmise de génération en génération grâce à un code graphique. L’analyse des inscriptions démontre la présence d’une civilisation agro-pastorale rendant un culte à des divinités associées à la terre et à sa fécondité, au taureau et à l’orage. Les gravures corniformes (représentant le taureau) sont les plus nombreuses. Peut-être est-ce pour cela (les cornes apparentées au diable) que la vallée des Merveilles a eu une aussi mauvaise réputation jusqu’au XIXe siècle.

Ils marchent pour nos forêts

Une longue marche pour sensibiliser l’opinion à l’industrialisation des forêts françaises. Depuis le 17 septembre, les gardes forestiers de l’ONF, l’Office national des forêts, ont usé leurs souliers. Partis de Mulhouse, Perpignan, Strasbourg ou Valence, ils ont parcouru plus de 300 kilomètres pour rejoindre le 25 octobre la forêt de Tronçais, dans l’Allier, qui abrite l’une des plus belles futaies de chênes du pays. L’objectif ? Dénoncer l’industrialisation de la forêt française et la privatisation de l’Office, qui, sous couvert de restructuration, supprime des postes, pousse à la rentabilité et accroît les coupes de bois.

La marche a duré une quarantaine de jours. Sous les couleurs vives de l’automne, juste avant les premiers froids. Elle a rassemblé près de 2.000 personnes qui se sont relayées le long du parcours. Revêtus de chasubles vertes, armés de bâtons de randonnées, les participants ont cheminé à travers les bois, franchi les cols, traversé les villages.  Pour Michel Bénard « Il est question de l’avenir des forêts. Notre bien commun à tous. Le filtre de l’eau, de l’air, notre biodiversité » C’est pourquoi il est parti de Perpignan il y a un mois, et a sillonné la Montagne noire, les Causses du Quercy, le plateau de Millevaches… 

Source : Gaspard d’Allens pour Reporterre; https://reporterre.net/

L'impressionnante passerelle de Mazamet

La nouvelle passerelle de Mazamet, dans le Tarn, est désormais ouverte au public. Unique en Occitanie, elle offre un chemin aérien de 140 mètres, au-dessus des gorges de l'Arnette, à 70 mètres de haut. L’ouvrage domine la vallée de l'Arnette, en reliant la ville au village médiéval d'Hautpoul. Gratuite et ouverte 7 jour sur 7, cette passerelle a une vocation purement touristique. Deux chemins, donc deux accès, permettent d'y parvenir. La passerelle est évidemment strictement piétonne. 

Accès à la passerelle : A l’arrivée à Mazamet, suivre les panneaux directionnels « Passerelle de Mazamet » pour rejoindre le parking gratuit de 180 places situé 93 rue de la Resse - 81200 Mazamet. Pour rejoindre la passerelle à partir du parking, 2 sentiers balisés sont proposés. Accès par les jardins Cormouls Houlès (1,5 km /118 m 8 % de moyenne / 30 mn à pied). Rejoindre la passerelle et le village médiéval d’Hautpoul en empruntant les anciens Jardins Cormouls Houlès datant du milieu du XIXème siècle, ouverts et accessibles à tous, avec cheminements, escaliers, tourelles, panoramiques, gloriette et anciens bassins d’eau. En haut du sentier, juste avant d’arriver à la passerelle, découvrez les vestiges de l’église Saint-Sauveur. Accès par le chemin de la Jamarié (670 m / 120 m 19 % de moyenne / 15 mn à pied). Emprunter ce chemin historique, anciennement route du sel et voie romaine jusqu’à l’arrivée à la passerelle.

Page 1 sur 32