•  Balade A Skis Dans Le Jura!
  •  Au Bord De La Riviere
  • Unknown 1
  • Unknown
  • Unknown
  • Banniere RandoBalade 224x117pixels Ok
  • 1053 Apremont Sur Allier
  • Unknown
  • Unknown
  • 1340 Cimg0417
  • HAUTESAONE Oct2016
  • 1340 Cimg0662
  • Unknown12
  • 168 08 Petarel
  • Unknown 1
  • 168 27 Garabrutm
  • 195 P1040659
  • Corse

Les actus Balades

Cette année, l'office de tourisme de Vannes diversifie et modernise ses parcours de randonnée. 11 nouveaux circuits balisés sont désormais proposés au public.

Les randonneurs ont désormais la possibilité de découvrir le paysage et le patrimoine local. Balisés aux normes de la fédération française de randonnée, les différents parcours sont facilement identifiables grâce à une signalétique adaptée. Afin de prendre connaissance des circuits, l'office du tourisme propose des fiches descriptives (vendues 0,50 € l'unité), reprenant les détails du circuit concerné ainsi que ses "points remarquables". Au dos de chacune, une cartographie permet l'identification complète du parcours. L'intégralité des circuits est également à retrouver sur l'application mobile "Vannes Tour". Plus d'informations sur le site internet de l'office du tourisme de Vannes : www.tourisme-vannes.com

Le site de Fonseranes, en plein réaménagement, a été fermé au public. La navigation sur le Canal n'est pas interdite, péniches et bateaux de croisière peuvent continuer à naviguer sur le canal du Midi et franchir les écluses. En effet, les travaux d'aménagement n'impactent pas directement les écluses ni leur fonctionnement.Le site des Neuf écluses de Fonseranes, quant à lui, ne pourra plus être longé ni à pied, ni à vélo, à cause des travaux importants réalisés à chaque extrémité (coche d'eau et bas). Un itinéraire de contournement du site a été ouvert, de Colombiers à Villeneuve-lès-Béziers, en traversant Béziers.

Depuis la mi-juin, l'accès au site et le stationnement se font en haut des écluses, au-dessus du coche d'eau, via le rond-point de L'Écluse, route de Narbonne. On peut donc admirer l'ouvrage de Paul Riquet depuis le parking. Rappelons cependant que le canal du Midi, ne se limite pas à parcourir le Biterrois, mais jalonne 240 km de Sète à Toulouse.

Premier épisode d'une grande randonnée botanique dans les Alpes de Samoëns au col du Lautaret. Au bout de la vallée du Giffre, de l'Arve et  de la Tarentaise, de refuges en refuges, partons pour une grande rando sportive de 10 jours.

1ere étape (2 jours) : de Salvigny dans la vallée du Giffre, aux Houches dans la vallée de l'Arves.

2eme étape (3 jours) : des Houches au refuge des Mottets dans la vallée des Chapieux.

3ème étape (1 jour) : vers le col du Petit Saint Bernard

4ème étape (2 jours) : En balcon en Tarentaise, par l'Archeboc jusqu'au refuge Mario Bezzi en Italie.

5ème étape (1 jour) : Descente de la Traversière jusqu'en Tarentaise.

6ème étape (1 jour) : La Grande Rousse

Détail de l'itinéraire à retrouver dans Balades n°123 janvier-février 2015.

 

De Tanus à Albi, sans difficultés réelles, ce circuit totalise une distance cumulée de 114 kilomètres et se parcourt en 6 jours, soit des étapes quotidiennes de 15 à 20 kilomètres. Il reprend, pour partie, les tracés plus anciens du GR®36 et du GR de pays des gorges du Viaur. Les « petits marcheurs » pourront allonger leur séjour jusqu’à huit jours, au lieu de six, ce qui leur permettra de mieux profiter des visites de villages et de musées. Partout, on trouvera des gîtes, des commerces ou des bistrots pour se reposer et se restaurer. Á noter : le marquage du parcours est récent et d’excellente qualité dans les deux sens.

Etape 1 : de Tanus à Mirandol, 18 km

Etape 2 : de Mirandol à Jouqueviel, 20 km

Etape 3 : de Jouqueviel à Lagarde-Viaur, 20 km

Etape 4 : de Lagarde-Viaur au Ségur, 18,5 km.

Etape 5 : du Ségur à Carmaux, 15 km.

Etape 6 : de Carmaux à Albi, 21 km.

Détail et descriptif complet de l’itinéraire à retrouver dans Balades en France n°131

Le jardin Rosa Mir est aménagé dans une cour intérieure d'un immeuble, grande rue de la Croix-Rousse à Lyon. Un lieu secret et labellisé "patrimoine du XXe siècle" qui a survécu grâce à la volonté d'une association. Fermé depuis 2011, il ouvre au public après 10 mois de travaux de rénovation.

Ce jardin a été créé par Jules Senis, un artisan maçon carreleur, réfugié de la guerre d'Espagne. Arrivé à Lyon en 1951, fuyant le franquisme. Atteint d’un cancer à la gorge, il aurait fait le vœu de créer un magnifique jardin s’il se remettait de sa maladie. Après une guérison inespérée, il s'est lancé dans le projet et a consacré vingt années de sa vie à la réalisation de ce jardin extraordinaire. Un jardin dédié à sa mère Rosa Mir Mercader et à la Vierge Marie qui a fleuri sur les 400 m² situés à l'arrière de son immeuble. Composé de milliers de pierres, coquillages et de plantes, le jardin Rosa Mir fait penser aux œuvres de Gaudi à Barcelone. 

L'Aiguille du Midi, dans le massif du Mont-Blanc, est accessible de la vallée en téléphérique. Après 5 ans de travaux à 3 842 mètres d'altitude, un "Tube" permet désormais aux visiteurs de faire le tour du piton. Ce cylindre de 33 mètres de long est ancré dans la roche, au-dessus du vide. Il relie deux passerelles et permet ainsi un tour complet du piton rocheux. Le "Tube" est doté de 5 fenêtres pour admirer le Mont-Blanc. Les travaux avaient débuté en avril 2011. Au total, 400 tonnes de béton ont été utilisées pour assurer l'ancrage de l'ouvrage dans la roche. A 3.842m d'altitude, mener de tels travaux représente toujours un exploit. Le "Tube" d'acier a ainsi été acheminé en pièces détachées par hélicoptère. 

Vous vous êtes baladés au fond du lac l'an dernier lorsqu'il était à sec, faites-en le tour cet été !

Autrefois, le Blavet se donnait ici des airs de quasi torrent… Puis vint la construction du canal de Nantes à Brest, avec ses chemins de halage ombragés, et enfin l’édification d’un grand barrage destiné à la production d’électricité. Résultat de cette domestication progressive : un vaste lac – le plus grand de Bretagne - qui a englouti plusieurs villages dans l’entre-deux-guerres.

Une rando (uniquement pédestre) de 40 kilomètres y a depuis été aménagée, qui épouse au plus près les rives boisées du lac (correspondant aux GR 341 N et 341 S). Elle se fait généralement en deux jours. Ouverte dans sa totalité du 1ier mars au 30 septembre, elle propose des sections accessibles aux handicapés et aux « petits marcheurs », mais aussi des passages nettement plus sportifs réservés aux randonneurs en bonne forme. Plusieurs points d’entrée dans ce circuit sont envisageables, avec des étapes possibles à Beaurivage ou à Bon-Repos, selon le point de départ.

Tout au long de ce tour de lac, les thèmes de visites ne manquent pas : histoire des ardoisières du « pays bleu », mini-circuit des chauves-souris (deux kilomètres) pour les enfants, étapes de la construction du barrage exposées sur des panneaux pédagogiques, anciennes forges des Salles, chapelle Saint-Golven, abbaye de Bon-Repos, impressionnants mégalithes préhistoriques de l’allée couverte de Liscuis, etc. Á la belle saison, des promenades en vedettes et même des « déjeuners-croisières » sont proposées au départ de Beaurivage.

Bannis de ce tour du lac, VTT et vélos de route se rattrapent avec leur propre circuit de 300 kilomètres autour du lac et avec la Vélodyssée qui le contourne par le nord (voir encadré). Les cavaliers, eux, ont leur Equibreizh, qui longe sur plusieurs kilomètres sa rive sud. Pour tous renseignements, consulter le site Internet www.lacddeguerledan.com ou l’office de tourisme du Pays Centre-Bretagne (tél. : 02 96 28 25 17).  

L’association « Sentiers et villages des Baous » se mobilise pour réhabiliter les calades, ces sentiers pavés qui relient les villages par la montagne… Depuis plusieurs milliers d’années, leurs pierres guident les pas des Azuréens. Malheureusement, ces chemins sont en danger car les pierres se détruisent au fil du temps, et le coût de la rénovation est élevé : 1 mètre linéaire revient à 100 euros ou 200 euros. L’aspect touristique des calades permettra peut être de lever des fonds auprès de la Métropole de l’Europe. En attendant, l’association invite les Mairies des villages concernés à porter une attention particulière à l’entretien régulier de ces chemins : enlever les feuilles régulièrement et remettre les pierres déplacées, afin de préserver cette particularité du patrimoine régional.

L'actualité de ce week-end, au cours duquel 11 personnes, dont 8 enfants, ont été blessées par la foudre, au parc Monceau, à Paris nous amène à rappeler les conseils de l’association Protection Foudre à suivre en cas d’orage.

1 - D'une façon générale, on évitera certaines activités extérieures, du domaine des loisirs, des sports ou du travail, connues pour être particulièrement dangereuses par temps d'orage. Tel est le cas des activités suivantes : pêche, baignade, bateau, cyclisme, golf, alpinisme, ainsi que des travaux électriques, de réparation de toiture. D'une façon générale, toute activité qui expose au foudroiement direct.

Avant d'entreprendre ce genre d'activités, il est souhaitable de se renseigner sur la météorologie. En France on peut obtenir des renseignements notamment auprès de la Météorologie Nationale et du réseau national Météorage.

En ce qui concerne les activités qui mettent le corps en contact avec l'eau, on se souviendra que le corps mouillé, aussi bien que l'eau sont bon conducteurs de l'électricité, ce qui favorise le passage de courants relativement intenses et dangereux.

2 - Il est impératif de ne jamais s'abriter sous un arbre, surtout si cet arbre est isolé ou ne fait partie que d'un petit groupe d'arbres.

Cette précaution est enseignée depuis longtemps par la sagesse populaire. On peut démontrer aujourd'hui que les risques de foudroiement d'un arbre isolé en espace ouvert est environ 50 fois supérieur à celui d'un homme debout.

3 - En espace ouvert (champs, pré), ne porter aucun objet, en particulier métallique, qui émerge au-dessus de la tête : fourche, faux, club de golf... Surtout ne jamais s'abriter sous un parapluie ouvert. Toute pièce conductrice doit au contraire être abaissée, ou mieux même déposée au sol. Par contre l'utilisation d'un téléhone mobile n'entraîne aucun accroissement du risque, tout au moins lorsque son antenne ne dépasse pas la tête, ou que très peu. Son volume, même s'il est métallique, reste insuffisant pour avoir un effet attractif sur la foudre.

Le risque de foudroiement d'une structure quelconque augmente en effet avec le carré de sa hauteur ; un objet qui surélève de 1,4 fois la hauteur d'une personne double le risque. En outre, tout objet métallique pointu et allongé favorise le foudroiement.

4 - Des personnes se trouvant en groupe doivent s'écarter les unes des autres d'au moins 3 mètres, pour éviter le risque d'un éclair latéral entre deux personnes. Le risque de foudroiement d'une personne peut se propager à ses voisins par une étincelle franchissant l'espacement entre personnes trop rapprochées : ce phénomène est appelé "éclair latéral".

5 - Il faut penser à s'écarter de toute structure métallique, notamment de pylônes, de poteaux, de clôtures, afin de ne pas être victime d'une électrocution par"tension de toucher".

Des accidents se produisent lorsqu'une personne, dont les pieds sont en contact avec un sol insuffisamment conducteur, touche une pièce métallique sous tension : il apparaît alors une tension entre le point de contact avec la structure et les pieds, et un courant électrique va pouvoir traverser le corps. Ce phénomène se produit en particulier à l'instant où la structure métallique est foudroyée. 

6 - Pour les mêmes raisons, il conviendra d'éviter de s'abriter dans une cabine téléphonique extérieure, et à fortiori de téléphoner par temps d'orage, sauf avec un téléphone mobile, comme expliqué plus haut. Si la ligne téléphonique est aérienne, elle peut être touchée par la foudre, mais aussi subir une élévation de potentiel induite par un coup de foudre voisin. Même si l'un de ces deux phénomènes se produit loin de la cabine, disons à quelques kilomètres, la "surtension" générée localement se propage le long de la ligne, et atteint la cabine, où elle peut faire des dégâts, et sérieusement commotionner la personne qui s'y abrite.

7 - Ne jamais se tenir debout les jambes écartées, ni marcher à grandes enjambées lorsqu'on se trouve sous un orage. On risque alors d'être commotionné, voire électrocuté, par une "tension de pas". La meilleure position consiste à se pelotonner au sol, après avoir étendu sous soi un ciré ou toute autre pièce en matière isolante (par exemple en plastique). Même si l'on ne dispose pas de pièce isolante, la position couchée, jambes repliées sous soi, reste la position de moindre risque.

 La "tension de pas": supposons qu'une personne se trouve à proximité d'un impact de foudre au sol, disons à une cinquantaine de mètres. Le courant de foudre s'écoule dans la terre, où il diffuse autour du point d'impact. Du fait de la résistivité électrique du sol, cet écoulement génère un "gradient de potentiel", ce qui signifie qu'entre deux points proches, situés tous deux à la surface du sol, va apparaître une différence de potentiel.          

Si ces points sont des points de contacts des pieds d'une personne ou des pattes d'un animal, cet être vivant va être parcouru par un courant de dérivation, et risque une forte commotion, voire la mort, notamment dans le cas du bétail. La tension de pas est proportionnelle à la résistivité du sol et à l'intensité du courant de foudre, et inversement proportionnelle à la distance par rapport au point d'impact.

8 - Lorsqu'on est surpris par un orage en pleine forêt, on ne peut évidemment pas éviter d'être sous des arbres. La position de moindre risque consiste alors à s'écarter le plus possible des troncs, et à éviter la proximité des branches basses. Cette position minimise les risques d'être victime de tensions de pas ou de tensions de toucher.

9 - De bons abris protégeant contre la foudre sont de huttes de pierre. On s'abritera également dans une église ou une chapelle ; mais si ces édifices ne sont pas protégés par un paratonnerre, il faut s'abstenir de s'appuyer contre ou de toucher un pilier ou un mur. Une automobile close, à condition qu'elle ne soit pas décapotable ou à toit en plastique, constitue une excellente cage de Faraday. Penser à rabattre ou à rentrer l'antenne radio s'il y a lieu.
Par contre on évitera de s'abriter dans un hangar, lorsque celui-ci comporte un toit de tôle supporté par des poutres de bois. En effet, si un coup de foudre survient près du hangar, même sans le toucher, le champ électrique intense qui accompagne tout coup de foudre peut induire entre le toit et le sol une tension élevée, tension qui peut à son tour générer un amorçage puis un arc électrique à travers le hangar. Cet effet d'induction est par contre sans risque si le toit est supporté par des poutres métalliques.

10 - Les alpinistes se trouvent souvent sur des sommets ou des arêtes, particulièrement exposés aux foudroiements. La première précaution évidente que doit prendre un alpiniste est donc de s'éloigner des pointes et des arêtes dès les premiers signes avant-coureurs d'un orage : lorsqu'il entend le bourdonnement ou le bruit d'abeilles caractéristiques de "l'effet de couronne", le champ électrique ambiant est déjà intense, et il faut de toute urgence quitter les crêtes.

11 - La meilleure façon de se protéger contre un coup direct est de se réfugier sous un ressaut : celui-ci doit dominer d'au moins cinq à dix fois le hauteur du sujet.

12 - Même à l'abri du coup direct, il faut prendre en compte les divers risques de foudroiement indirect par tensions de pas ou tension de toucher. A 15 mètres sous un pic, ces tensions sont dangereuses, et il faut descendre à au moins cinquante mètres pour que le risque soit suffisamment réduit. Une précaution évidente est toutefois de ne jamais se plaquer contre une paroi, afin de ne pas s'exposer à des différences de potentiel, notamment en présence de failles humides. S'en tenir éloigné d'au moins 1,5 mètres.

13 - Il peut également être dangereux de s'abriter dans une petite anfractuosité ou une petite grotte: en restant debout près de l'entrée, on risque de provoquer l'amorçage d'un arc électrique entre le plafond et la tête, et en s'appuyant au fond, on risque d'être traversé par un courant dérivé. Se tenir accroupi le plus loin possible du plafond, des parois et du fond.

14 - Une commotion électrique même légère, et qui ne laisserait aucune trace en d'autres circonstances, peut, par surprise ou par perte momentanée du contrôle musculaire, faire lâcher prise et entraîner une chute grave. Ces accidents secondaires sont fréquents. Il y a donc lieu de tenir compte de ce risque lorsque l'alpiniste s'installe pour attendre la fin de l'orage.

L’arrêté de "prise en considération" du projet de parc national est paru  au Journal Officiel, le 11ème parc national français entre Haute-Marne et Côte-d'Or  est en marche.

Les forêts recouvrent plus de la moitié du territoire de ce futur Parc national des forêts de Champagne-Bourgogne et constituent un vaste ensemble boisé, simplement entrecoupé, en son centre, par des vallées et quelques clairières où se concentrent les villages et les activités agricoles. Très tôt occupé et façonné par l’homme, ce territoire des forêts de Champagne et Bourgogne dispose d’atouts exceptionnels, tant pour ses patrimoines naturels que pour ses richesses et potentialités culturelles, économiques et sociales. Le classement en parc national permettra de les préserver et de les mettre en valeur,