•  Balade A Skis Dans Le Jura!
  •  Au Bord De La Riviere
  • Unknown 1
  • Unknown
  • Unknown
  • Banniere RandoBalade 224x117pixels Ok
  • 1053 Apremont Sur Allier
  • Unknown
  • Unknown
  • 1340 Cimg0417
  • HAUTESAONE Oct2016
  • 1340 Cimg0662
  • Unknown12
  • 168 08 Petarel
  • Unknown 1
  • 168 27 Garabrutm
  • 195 P1040659
  • Corse

Les actus Balades

Territoire d’une nature exceptionnelle, la Sainte-Baume, avec ses richesses géologiques, souterraines et la spécificité de son patrimoine culturel, vient d’être reconnue par décret du 21 décembre 2017,  « Parc naturel régional ». Véritable château d’eau de la Basse-Provence, ses potentiels, forestiers, agricoles et touristiques sont ses principaux atouts pour l'avenir. Ce territoire qui devient ainsi le 52e Parc naturel régional de France et le 8e de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, rassemble 26 communes du Var et des Bouches-du-Rhône et occupe une position de carrefour entre les agglomérations de Marseille, Aix-en-Provence, Toulon et les espaces naturels des Calanques, de la Sainte-Victoire, du massif des Maures, du Verdon et de Port-Cros. 58 500 habitants vivent sur ce territoire de près de 81 000 ha dont 80% se situent en espaces naturels. Avec la nomination de ce nouveau PNR s’achève en beauté l’année 2017, 50° anniversaire de la création de ce label.

Pour prendre la mesure du phénomène, il faut grimper jusqu’à la Croix d’Evosges, à un peu plus de 700 mètres d’altitude, et s’avancer jusqu’au Rocher de la Cathédrale. Cela équivaut à un détour de 3 ou 4 kilomètres sur le trajet de la randonnée « gorges de l’Albarine » suggérée dans ce reportage. Mais un détour qui vaut le coup d’œil : depuis ce promontoire, on embrasse non seulement une ample vallée arrosée de plusieurs ruisseaux appréciés des pêcheurs, mais surtout un bourg d’une centaine d’âmes surnommé « le diamant du Bugey » (dans le département de l'Ain) et classé site historique, le village d’Oncieu.

Sa particularité, du haut de la falaise, saute aux yeux : les habitations d’Oncieu s’inscrivent autour d’un ovale parfait dont l’intérieur est vide - strictement vide de toute construction ! Ce vide est aujourd’hui un simple pré, planté seulement de quelques arbres, dont la surface équivaut à celle de deux ou trois terrains de football. Et toutes les fenêtres du bourg sont tournées vers l’extérieur de cet ovale…

Personne ne semble connaître l’origine exacte de cet urbanisme bizarre. On évoque un incendie qui aurait détruit le village primitif, à la fin du Moyen-Age, dont la reconstruction n’aurait jamais été entreprise ; ou une épidémie de peste qui aurait obligé les habitants à se tenir éloignés d’un lieu de contagion (hôpital ou maladrerie). Á vous d’échafauder vos propres hypothèses après avoir étudié ce plan cadastral inhabituel. Rien ne vous interdit, par exemple, d’y voir un terrain d’atterrissage pour soucoupes volantes (l’hypothèse a déjà été envisagée).

Ré-ouverture le 1er mars 2018. C'est un passage obligé sur le Tour des Glaciers de la Vanoise, une halte stratégique avant l'ascension de la Pointe de la Fournache ou la Dent Parrachée (Savoie). C'est aussi un magnifique point de vue sur les lacs des barrages d'Aussois : le refuge de la Dent Parrachée fait peau neuve. Sa capacité d'accueil (42 couchages) ne sera pas augmentée, en revanche, il y aura désormais trois dortoirs de douze à quinze places pour permettre notamment aux familles de ne pas être réveillées par les alpinistes qui se lèvent à 3h du matin. Franck Buisson est le gardien du refuge depuis 34 ans. L'accueil, la convivialité, c'est sa marque de fabrique et l’on vient aussi au refuge de la Dent Parrachée pour entendre ses récits le soir au dîner. (Photo FB Refuge Dent Parrachée)

Une opération de déminage a été menée l’hiver dernier dans la baie de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), sur l'île de Cézembre - où 20 000 bombes ont été larguées pendant la guerre - en préliminaire à l’aménagement d’un sentier pour visiter l’île. Les 18 hectares de cette île inhabitée présentent une végétation rare, et accueillent d'importantes colonies d'oiseaux de mer. Ce sentier qui ouvrira au public au printemps permet de découvrir des vestiges de la Seconde Guerre mondiale et plonge les visiteurs au cœur d’un patrimoine naturel unique, peuplé de goélands argentés, cormorans huppés et même de faucons pèlerins. Le tout en profitant d’une vue à couper le souffle de la pointe du Meinga au Cap Fréhel ! Photo D.R.

Organisé par le magazine Terre Sauvage et l’Office National des Forêts ce concours récompense les arbres les plus esthétiques de France. C’est l’if-grotte du jardin des Ifs situé à Gerberoy dans l’Oise qui remporte le Prix du Public. L’if-grotte est en réalité constitué de 6 arbres différents qui au fil du temps se sont mêlés au point de former aujourd’hui un entrelacs unique de branches. On peut y entrer à une dizaine de personnes. (Photo D.R.)

 

La mise à jour 2018 du site www.gites-refuges.com est terminée, la nouvelle version est en ligne. Cette grande révision d’automne complète la mise à jour permanente du site. Le guide papier « Gîtes d’étape et Refuges » est maintenant en version imprimable à partir de www.gites-refuges.com. Créé en 2000, c’est le seul site d’information dédié à tous les hébergements adaptés à la pratique des sports de nature, la randonnée et la montagne surtout (3200 en France, 800 aux frontières). Pour chaque hébergement, rappel des itinéraires, des ascensions, des autres activités possibles. Avec en plus, des rubriques : itinéraires (une centaine), sites favoris, adresses utiles, parcs naturels, météo/secours. La version 2018 comprend désormais la géolocalisation de tous les hébergements de France (coordonnées GPS précises).

 

Dans le Parc national du Mercantour, le refuge de la Cayolle fait partie des 3 refuges dont le Parc est propriétaire. Ces refuges sont mis en délégation de service public.

Celle-ci viendra à échéance en 2018 pour le refuge de la Cayolle, qui doit donc se trouver un nouveau gardien ou une nouvelle gardienne, après plusieurs années de bons et loyaux services de Fan Echène !

L'objet de la consultation est la passation d'une concession de délégation de service public pour la gestion et l'exploitation de la restauration, de l'accueil et de l'hébergement du refuge de la Cayolle. Ce dernier est situé en bord de route, et est ouvert en saison du 01/06 au 30/09, de manière continue sur les vacances estivales de juillet-août. Le refuge est composé d'un bâtiment à usage d'hébergement, de restauration d'une capacité d'accueil de 32 personnes, d'un point d'accueil et d'information du Parc national et d'une dépendance (four banal).

La concession sera donnée pour 4 ans, sur la période 15/06/2018 au 15/06/2022.

Les candidats intéressés par une reprise en gestion de ce refuge doivent envoyer leur candidature et leur offre avant le 12 mars 16.00 sous pli séparé (= date de réception au PNM) soit de manière électronique via la plateforme e-marchés, soit par papier / courrier .

Une visite avec les candidats intéressés est prévue le 1er mars 2018 (voire 2 en fonction du temps) à skis et / ou raquettes selon les conditions.

Pour plus de détail, l'avis de publicité pour cet appel à candidature a été diffusé sur plusieurs canaux, et est notamment visible ici :

Engagé dans une démarche Grand Site de France, le Massif des Ocres, site exceptionnel du Luberon, a été primé au concours EDEN (European Destinations of Excellence) 2017, distinguant ainsi une destination originale structurée autour du patrimoine ocrier qui a façonné un paysage unique. Le Massif des Ocres est en effet l'un des éléments paysagers les plus remarquables de provence, une étendue géologique à partir de laquelle les hommes ont construit une histoire industrielle qui a donné naissance à un paysage pictural spectaculaire internationalement reconnu.(Photo Alain Perrier)

Un nouveau sentier pédestre et cyclable va voir le jour au printemps 2018 aux Sables-d'Olonne. Le chemin qui partira de la Cabaude (à l’entrée du parking des Sauniers) rejoindra le hameau de l’Aubraie à travers les marais. Une liaison directe, en toute sécurité, sur un chemin accessible aux personnes à mobilité réduite, depuis la ville des Sables vers la forêt d’Olonne où d’autres sentiers sont à la disposition des randonneurs. Des petits ponts en bois seront construits à quelques points de passage pour traverser les marais, tout en préservant l’écosystème.

La blanchie, c’est le nom que les habitants des marais du Cotentin et du Bessin donnent aux marais, l’hiver, lorsqu’ils sont inondés par les cours d’eau qui les traversent. On dit qu’ils blanchissent : d’où le nom de  « blanchie ». Ces surfaces d’eau dans lesquelles se reflètent arbres, barques et nuages, donnent de très beaux paysages.

Des sorties commentée pour profiter du spectacle sont organisées par la Maison du Parc. Nichée au cœur des marais, la Maison du Parc, à Saint-Côme-du-Mont, est l’un des points de départ pour découvrir ces marais blanchis par l’hiver. Mais des offices de tourisme locaux et des communes proposent également des sorties.

• « Des marais à découvrir » : sorties pédestres organisées par la Maison du parc le dimanche, à 10 h. Prochaines dates : le 28 janvier, les 11 et 25 février et les 4 et 18 mars. Réservation au 02 33 71 65 30.

• « La blanchie » : découvrez, à pied, les marais de Montmartin. Différents points de vue vous permettront d’observer le phénomène de la blanchie. Sortie proposée par Montmartin-en-Graignes et l’office de tourisme de la Baie du Cotentin. Une date: mercredi 31 janvier, 14 h. 5 € par personne, durée : 2 heures. Réservation au 02 33 71 23 50.

Programme des sorties sur www.parc-cotentin-bessin.fr - Source : actu.fr – Photo : ©N. Lavillonnière