•  Balade A Skis Dans Le Jura!
  •  Au Bord De La Riviere
  • Unknown 1
  • Unknown
  • Unknown
  • Banniere RandoBalade 224x117pixels Ok
  • 1053 Apremont Sur Allier
  • Unknown
  • Unknown
  • 1340 Cimg0417
  • HAUTESAONE Oct2016
  • 1340 Cimg0662
  • Unknown12
  • 168 08 Petarel
  • Unknown 1
  • 168 27 Garabrutm
  • 195 P1040659
  • Corse

Les actus Balades

Le projet de randonnée autour du lac de Grand-Lieu a été mené par les neuf communes riveraines depuis plusieurs années. Le sentier s’organise autour d’un circuit principal de 73km mettant en avant la richesse du lac et la diversité des paysages qui l’entourent. Les randonneurs traverseront le plus souvent des marais, prairies humides, bois ou vignes, mais aussi des villages, petits ports et canaux. Homologué en sentier de Grande Randonnée de Pays (GRP) auprès de la FFRP, l’itinéraire principal « été » est praticable de Juin à septembre. Le reste de l’année, des variantes dites « hiver » assurent, la continuité du circuit en fonction du niveau des eaux. Le plan du tour du lac est téléchargeable sur le site www.cc-grandlieu.fr/.

Un arbre compte dans votre vie ? Proposez sa candidature afin qu'il devienne l'Arbre de l'Année 2017.

Pour participer, postez sur www.arbredelannee.com trois belles photos de l'arbre choisi et décrivez son histoire, ses caractéristiques esthétiques et naturalistes en quelques lignes. Racontez pourquoi cet arbre doit être l'Arbre de l'Année !

Ce concours organisé par Terre Sauvage et l'ONF est ouvert à tous, individus et groupes de France métropolitaine et outre-mer. Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 21 avril 2017.

Un premier jury retiendra un arbre par région. Puis le public pourra voter en ligne jusqu'en août 2017. Un photographe de Terre Sauvage rendra visite à chacun des lauréats régionaux; son travail sera publié dans le magazine Terre Sauvage. En octobre un nouveau jury décernera aux gagnants le Prix du Public et le Prix du Jury 2017.

 

 

 

Le château médiéval troglodyte du Petit Arnsbourg à Obersteinbach (dans le Bas-Rhin) perd ses pierres depuis des années. Les travaux de restauration de la bâtisse troglodyte ont commencé tout en haut de la tour, à 30 mètres de haut. Les pierres sont remontées une par une, à la chaux. Les tailleurs de pierre complètent le puzzle géant. Les travaux se termineront au printemps 2017 pour le plus grand plaisir des randonneurs. L'Office national des forêts en avait interdit l'accès par mesure de précaution.

Découvrir un lac et un marais exceptionnels, sans déranger la faune et la flore, c'est possible au lac de Bouverans, dans le Doubs, grâce à de nouveaux aménagements des rives du lac. La faune et la flore sont d'une grande beauté et d'une diversité exceptionnelle : des insectes, dont une soixantaine de variétés de libellules, de nombreuses espèces aquatiques et des oiseaux sauvages. L'espace naturel sensible du lac de Bouverans et du marais du Varot vient d'être aménagé pour le plus grand bonheur des promeneurs. Après 7 ans de réflexion et de travaux, des passerelles ont été construites. Tout ce qu'il faut pour goûter la nature sans la déranger.

Un sentier de découverte va voir le jour au printemps 2017 dans la clairière de Bresolettes, près de Tourouvre dans l’Orne. Il permettra aux promeneurs d’apprécier toutes les richesses du Parc naturel régional du Perche. La réserve naturelle du Parc s’étend sur 780 ha au sein du massif forestier du Perche et de la Trappe. Elle abrite une variété de milieux naturels (forêt, étangs, zones et landes humides, prairies...) et de nombreuses espèces végétales et animales, dont certaines rares et menacées. L’élaboration de ce sentier est menée par un comité technique regroupant les agents du Parc, l’ONF et les élus de Bresolettes. Le parcours comprendra un ponton et des panneaux explicatifs.

A Molène (dans le Finistère), les anciennes cabanes de goémoniers de Ledenez, l'îlot face au port et accessible à pied seulement à marée basse pour les réhabiliter en refuge « de mer » (comme des refuges de montagne) sont en cours de rénovation. Le site de Ledenez est un îlot de quinze hectares, entièrement vierge, qu'un cordon de galets relie au port de Molène. En son centre, une légère dépression accueille une dizaine de cabanes en bois et en béton. Pas un arbre, deux jolies plages, des galets, des rochers et des algues à perte de vue. Au milieu de cette île, simplement habitée l'été par un goémonier accompagné de sa famille, s’élève un ensemble de cabanes datant des années 50 à 70 à l’abris du vent d’ouest. Deux cabanes en bois appartiennent à des particuliers, deux autres au goémonier encore en activité sur l'île. Les autres cabanes sont la propriété de la municipalité qui a décidé de leur donner un second souffle.

Ces cabanes seront exclusivement destinées aux randonneurs, qu'ils arrivent à pied, en bateau ou en kayak. Le confort sera minime, il faudra venir avec son sac de couchage et son matelas de camping. On pourra cuisiner ; il n'y aura pas de gardien sur place. Eau de récupération, toilettes sèches mais pas de douche, la formule s'approche de la nuitée en refuge de montagne.

Au port de Molène, un panneau indiquera les heures de passages à pied, une heure avant et une heure après les marées de mortes eaux et deux heures avant et deux heures après les marées de vives eaux. Il faut compter une quinzaine de minutes pour atteindre l’îlot depuis Molène. Un cheminement sera indiqué dans un souci de préservation de l'îlot et des oiseaux marins qui y nichent. Le refuge de mer devrait ouvrir au printemps 2017.

En remportant le titre de Capitale européenne du sport 2017, après avoir reçu celui de Capitale européenne de la culture en 2013 (voir Balades n°116) Marseille s'impose comme une destination culturelle et sportive incontournable !  Avec ses 1001 installations sportives, les emblématiques Olympique de Marseille et Cercle des Nageurs, sa façade maritime de plus de 50km de long où l’on pratique tous les sports nautiques, la plongée mais aussi le vélo, l’escalade, la course et la randonnée, Marseille est la destination idéale pour les amateurs d’activités de pleine nature. Rendez-vous samedi 14 janvier 2017, de 13h à minuit sur le Vieux Port, pour le lancement de cet évènement.

La promenade et la randonnée en raquettes à neige sont apparues en France à la fin des années 70. Cet outil, qui permet de marcher plus facilement sur neige, qu’elle soit poudreuse, humide ou croûtée existe depuis des temps immémoriaux !

 Les peuples du néolithique l’utilisaient pour franchir, il y a quelques milliers d’années les cols enneigé. Au début du XXème siècle, les enfants des massifs montagnards en étaient parfois équipés pour tout simplement se rendre à l’école les jours d’hiver ! Oubliée pendant quelques décennies, il faudra attendre les premiers treks encadrés par des professionnels en Amérique du nord et plus particulièrement au Québec dans le secteur du fleuve Saint Laurent pour que ceux-ci ramène des raquettes en bois et cuir utilisée par les peuples indigènes algonquins. C’est pourquoi, les premières raquettes à neige en plastiques, produites en France à la toute fin des années 70, avaient cette forme caractéristique de poêle à frire dont les plus anciens pratiquant se souviennent encore !

Depuis, que de progrès technique sur cet outil ! Les pratiquants de raquette à neige peuvent désormais compter sur des modèles modernes, performants et fiables … légers.

La raquette à neige, ce n’est pas que simplement marcher à son rythme pour profiter du silence et bon air, en couple, en famille ou entre amis, c’est aussi une activité majeure pour l’appropriation du milieu montagnard, naturel ou patrimonial, la sensibilisation à l’environnement. A chaque pas, en raquettes à neige, le pratiquant attentif à la nature est interpellé : une empreinte laissée par le passage d’un lièvre, d’un chevreuil, d’une hermine ou d’un chamois, des « écorçages » de troncs d’arbres ou des « broutages » de lichens ou de mousses, des reliefs de repas, des « chasses » et des « plumées » … C’est aussi aller à la rencontre du patrimoine montagnard isolé : un chalet, un mazot, une chaume, ou un buron selon les massifs, des hameaux aujourd’hui désertés l’hiver… Autant de centres d’intérêt et points d’émerveillement et que l’on ne pourrait atteindre sans ce parfait outil adapté qui a désormais conquis ses lettres de noblesse.

Afin de favoriser la découverte de son territoire, la Communauté de communes du Frontonnais, avec la collaboration des communes du territoire, a créé et balisé dix nouveaux sentiers de randonnée pédestre. 95 km de sentiers pédestres, répartis en 10 boucles allant de 5 à 15 km, variant les difficultés et les terrains. Sur ce territoire viticole les vignes sont à l’honneur, notamment sur les boucles de Fronton et Vacquiers. Plusieurs parcours passant près des chais de l'AOP Fronton permettent de découvrir l'appellation grâce à des dégustations chez les vignerons.  Ces nouveaux sentiers, au plus près de la nature, permettent également d’apercevoir le Serapias en cœur et la rose de France, 2 espèces protégées, un parc privé avec des daims et des biches, de nombreuses espèces de papillons qui témoignent de la qualité de l’environnement naturel du territoire.

Renseignements auprès de l'Office de Tourisme du Vignoble de Fronton au 0561 74 8069 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

A l’occasion de sa 11e édition qui aura lieu du 17 au 21 mai 2017, la Fête de la Nature invite tous les créatifs amateurs ou professionnels à concourir pour la réalisation du visuel de l’édition. Le Visuel lauréat servira de support à la communication de l’édition 2017 de la Fête de la Nature en constituant l’affiche de l’édition et sera récompensé par un prix de 5 000 euros. Ce concours est ouvert à toute personne physique majeure, amatrice ou professionnelle, résidant sur le territoire français. La participation est gratuite. Règlement et informations sur www.fetedelanature.com